Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
09 Oct 2021

Exposition « In Overscheyt » par Quentin Guichard

Du 10 septembre au 16 octobre 2021.  Vernissage le 9 septembre à 18H.
9 octobre 2021

Galerie BERTRAND-HASSOUN

18 rue de la bibliothèque
Besançon, 25000 France

Téléphone 03 81 50 88 46

Dates et horaires

|évènement récurrent (Voir toutes les dates)

Un événement le samedi 9 octobre 2021 à 18 h 00

samedi 9 octobre à 18 h 00

Organisateur

Galerie BERTRAND-HASSOUN
Téléphone : 03 81 50 88 46
E-mail : gallery@bertrand-hassoun.com
Website: http://bertrand-hassoun.com/

Partager

Né en 1986, Quentin Guichard explore la question de nos origines. Observant la nature  pour en saisir le mouvement secret, sa démarche aspire à saisir le souffle qui anime toute
chose. Portant le langage photographique à sa limite, l’artiste interroge notre rapport au  réel où l’invisible se révèle dans les méandres de la matière. Ses œuvres sont le fruit d’une
relation profonde à la nature pour en libérer la puissante énergie.  Dans l’une de ses Visions, la mystique flamande Hadewijch d’Anvers (XIIIème siècle) écrit qu’elle  cherche « à lancer son âme dans l’abîme d’en haut ». En langue vernaculaire : In Overscheyt.

Pour Quentin Guichard, cet oxymore a fait l’effet d’une révélation. Il entrevoit dans ce mot incandescent l’essence de sa propre quête : retrouver par le prisme de l’art, un royaume originel dont nous avons perdu la mémoire.Pour cette seconde exposition à la galerie Bertrand-Hassoun, Quentin Guichard poursuit son récit des origines et se consacre à celle de la lumière. Il invente des espaces intérieurs, résonances d’univers et de planètes en formation, où rayonnent tous les éléments. Les trois séries de cette nouvelle exposition allient tous les contraires pour mieux révéler l’impulsion initiale qui les traverse.

La série In Overscheyt (2019 – 2021), qui donne son titre à l’exposition, est une méditation sur la nature de la lumière. Visions mystiques et explorations inspirées par l’astrophysique s’y retrouvent en territoire commun. Dans Les lapidaires (2020), Quentin Guichard explore les énergies autoritaires du basalte. Mémoire d’une ère tellurique, ces architectures abstraites évoquent toutes les forces de la nature : le cycle des vagues, les convolutions du vent, le flux incandescent de la lave cristallisée dans le temps. Entre ces deux séries inédites que tout semble opposer, la série Souffles des roches (2017), mêlant la photographie à l’encre de chine, semble figurer tant les structures de la roche que celle de la lumière.

Catégories Expositions