Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
23 Fév 2021

Bo Widerberg, cinéaste rebelle du 11 au 21 janvier & du 20 au 27 février

Cycle annulé. Cette rétrospective exceptionnelle se prolongera au cinéma Victor Hugo Lumière avec les projections des films Le Péché suédois (1963), Amour 65 (1965), Elvira Madigan (1967) et Joe Hill (1971) du 3 au 16 février.
23 février 2021

Kursaal

2 Place du Théâtre
Besançon, 25000 France

Téléphone 03 81 87 83 00

Dates et horaires

|évènement récurrent (Voir toutes les dates)

Un événement le mardi 12 janvier 2021 à 19 h 00

Un événement le mercredi 13 janvier 2021 à 15 h 00

Un événement le mercredi 20 janvier 2021 à 19 h 00

Un événement le lundi 11 janvier 2021 à 19 h 00

Un événement le mardi 12 janvier 2021 à 16 h 30

Un événement le dimanche 17 janvier 2021 à 18 h 00

Un événement le jeudi 21 janvier 2021 à 16 h 00

Un événement le samedi 20 février 2021 à 20 h 00

Un événement le dimanche 21 février 2021 à 18 h 00

Un événement le mardi 23 février 2021 à 16 h 00

Un événement le vendredi 26 février 2021 à 20 h 00

Un événement le dimanche 21 février 2021 à 15 h 30

Un événement le jeudi 25 février 2021 à 15 h 30

Un événement le samedi 27 février 2021 à 20 h 00

mardi 23 février 2021 à 16 h 00 - 18 h 00

Organisateur

Les 2 Scènes
Téléphone : 03 81 87 85 85
Website: www.les2scenes.fr

Partager

Alors qu’ils connurent une vraie reconnaissance en leur temps, les films de Bo Widerberg étaient devenus des trésors inaccessibles du cinéma suédois, cités ici et là par quelques cinéphiles pas franchement remis de leur découverte. On les comprend. Il est probable que la place écrasante occupée sur le terrain du cinéma nordique par le maître Bergman y soit pour quelque chose. Comme les cinéastes de la Nouvelle Vague, qu’il admire, c’est mû par un désir farouche de liberté et de changement qu’il fait ses premiers pas derrière la caméra. Dans ses premiers longs métrages, Le Péché suédois (1963) ou Le Quartier du corbeau (Oscar du meilleur film étranger en 1965), apparaissent déjà tout ce qui fait la richesse du cinéma de Widerberg : l’art de faire des sentiments une matière première, lumineuse et vibrante, une force autonome, à partir desquelles le cinéaste regarde le monde, en extrait sa beauté la plus pure et sa violence (sociale) la plus folle. D’où une mise en scène jamais psychologique, des plans habités et un montage audacieux, toujours prompts à saisir des états, des émotions au fil de motifs, d’éclats poétiques incroyablement charnels et vivants. Pas étonnant que le nom de Pierre-Auguste Renoir soit répété inlassablement par le jeune garçon d’Ådalen 31, comme un credo, au moment où il découvre les reproductions de ses tableaux, car le cinéma de Widerberg reste on ne peut plus fidèle à cette idée de la peinture comme art du jaillissement.
Amélie Dubois, Les Inrocks


Programme des séances

  • Le Quartier du Corbeau

    Bo Widerberg – 1h30, Suède, 1963
    11 Jan à 17h00, 12 Jan à 19h00, 13 Jan à 15h00, 20 Jan à 19h00

  • Ådalen 31

    Bo Widerberg – 1h50, Suède, 1969
    11 Jan à 19h00, 12 Jan à 16h30, 17 Jan à 18h00, 21 Jan à 16h00

  • Un flic sur le toit

    Bo Widerberg – 1h47, Suède, 1976
    20 fév à 20h00, 21 fév à 18h00, 23 fév à 16h00, 26 fév à 20h00

  • La Beauté des choses

    Bo Widerberg – 2h05, Suède, 1995
    21 fév à 15h30, 25 fév à 18h00, 26 fév à 15h30, 27 fév à 20h00


    En partenariat avec le cinéma Victor Hugo Lumière.
    Avec le soutien de l’ADRC, Agence pour le Développement Régional du Cinéma.

Catégories Spectacle