Pour sa seconde édition, le festival P.O.T.E aura lieu du 5 au 7 novembre, en des lieux aussi divers qu’inattendus, où les représentations sont entièrement gratuites.

Le principe du festival : casser les codes

Ne lisez pas dans « pote » le synonyme du mot « ami ». P.O.T.E est l’acronyme pour « Playing on the Edgde » ou, en français, « marcher sur le fil ». C’est bien de cela dont il s’agit. 40 musiciens, jeunes ou de notoriété établie, venus de tous horizons (États-Unis, Italie, Paris, Lyon, Dijon…) se changent le temps de ce festival en funambules, jouant sur le fil des codes de la musique classique. Par leurs créations, leur talent et leur inventivité, ils proposent au public d’écouter la musique, mais aussi de la voir.

En effet, certains concerts sont placés sous le signe de théâtre musical, où des musiciens se livreront par exemple à un match de boxe. Par ailleurs, le programme du festival promet de multiplier les expériences musicales pour créer des conditions de jeu et d’écoute inédites : le son, le texte, le geste, l’espace public, l’humour et même la bière s’intégreront parfaitement ! 

Tous de concerts


L’une des originalités du festival est sa dimension participative à travers les Session Jam, ces sessions musicales participatives, où chacun peut apporter le projet musical qui lui tient à cœur afin de le jouer avec d’autres musiciens animés par la même envie. Cette deuxième édition comprend 8 sessions participatives, caractérisées par un grand éclectisme : duo guitare flûte, duo guitare et danse contemporaine, motets et pièces d’orgue (en partenariat avec Les Jeux du Baroque), forme hybride entre chansons et lectures, improvisation avec la Jeune création proposée par des étudiant·es du CNSMDL et de École Supérieure de Musique de Bourgogne-Franche Comté…

Conservatoire, FRAC, mais aussi CHU et tramway

Outre les centres incontournables de la vie culturelle bisontine (le FRAC, l’Auditorium du Conservatoire), le festival se lance dans un chant des possibles, en s’appropriant le tramway, le CHU ou encore les Passages Pasteur.

Dans ce contexte, cette seconde édition se tourne vers Mauricio Kagel, un compositeur emblématique du « théâtre instrumental », un courant esthétique fondé sur la recherche de nouvelles configurations sonores.

Le but est réellement d’imposer une version insolite de la musique de chambre, tout en touchant un maximum de public. C’est aussi la raison pour laquelle les concerts sont gratuits.

Categories