Menu

On fait quoi ce (long) week-end spécial Festival GéNéRiQ ?

Du 15 au 19 Février

Mercredi – 18h00 : Júníus Meyvant
|Bains Douche (Gratuit)

Islande ensoleillée
A l’oreille, aucune certitude quand à la provenance du groove qui règne dans les compositions de Júníus Meyvant. Pourtant, la base folk typique des pays nordiques n’est pas sans rappeler les origines islandaise de l’artiste qui ouvre la dixième édition du Festival GéNéRiQ à Besançon. Si vous avez un gout prononcé pour les mélanges de pop, rock et soul arrangés avec brio, ne manquez pas ce premier concert qui se fera écho au temps printanier qui règne sur la capitale comtoise !

_________________

Mercredi – 20h30 : An Pierlé + Charlie Cunnigan
|Cathédrale Saint Jean (15€)

Dans la nef des émotions

C’est dans les vieilles pierres que l’on fait les meilleurs sons. Il ne fallait pas moins que les murs de la cathédrale Saint Jean et surtout son orgue d’église pour permettre à An Pierlé d’exprimer pleinement son dernier album “Arches” entre ambiance sombre, rythmiques pop et voix aérienne. Préparez-vous à une explosion d’authenticité sonore savamment orchestré par la compositrice belge à laquelle se mêlera la folk andalouse, sobre et décontractée de Charlie Cunningham.

_________________

Jeudi – 19h : Exposition “Rock’n’Roll Stars” par JC Polien
| FJT les Oiseaux (Gratuit)

Du rock dans les mots et les images

Beck, The White Stripes, Noel Gallagher, Joe Strummer, Angus Young, Colplay, Henry Rollins, nombreux sont ceux que JC Polien a capturé sur pellicule. Passionnés de musique, de photographies ou d’anecdotes de vie, l’exposition “Rock’n’Roll Star” de JC Polien doit faire partie de vos immanquables du weekend. Au programme, une série de portaits captés tout au long de la carrière du photographe de presse mais surtout un ensemble de textes-anecdotes par Laurence Yalamow à savourer en prenant son temps. un voyage au cœur de plusieurs décennies de musique.

_________________

Jeudi – 20h30 : Shame
|FJT les Oiseaux (6€)

God bless the punk

Le post-punk anglais a encore de beaux jours devant lui, avec Shame, on parle de guitare, de lourdeur, d’engagement politique. Pour exemple, les cinq musiciens anglais se moquent ouvertement de la cheffe du parti conservateur anglais dans le clip qui illustre leur titre Visa Vulture paru il y a quelques jours sur la toile. Préparez-vous à sentir passé le courant de la Mère Patrie dans vos veines pour le temps d’un concert !

_________________

Vendredi – 20h30 : Sympathetic Magic
| CDN (15€)

Magie musicale sous les étoiles

Peter Von Poehl, artiste suédois connu en France notamment pour avoir apporté ses sonorités aériennes et rêveuses à plusieurs projets audiovisuels et publicitaires. Depuis, l’artiste évolue dans un univers ou art visuel et musique se croisent et se mélangent. Après Waves, hymne à l’intensité brute entre danse et musique, Peter Von Pohel renoue ces deux arts dans Sympathetic Magic, projet proposé pour la toute première fois au Festival GéNéRiQ pour un spectacle tout en scintillement et étoiles dans les yeux, fragile et puissant, à la croisée des genres entre chorégraphie et musique pop.

_________________

Samedi – 18h00 : Bayonne
| Le Scénacle (5€)

“Bayonne is not a DJ”
Croisement des genres, compositions uniques entre samples progressifs et énérgie ethnique communicative, Bayonne joue à l’homme orchestre 2.0 pour proposé un spectacle visuel et sonore inventif et créatif. Aucun mal a se laisser emporter dans la chapelle du Scènacle vers de nouveaux horizons musicaux ! (Pour les plus réticent, “Appeals” a été élue meilleur choix musical dans la version 2017 du célèbre jeu FIFA).

_________________

 

Dimanche – 19h30 : Seratones
Les Passagers du Zinc (6€)

American Dream

Le quatuor rock sud-américain Seratones, emmené par l’exubérante AJ Haynes, suinte l’énergie rock’n’roll typiquement américaine. On croise ici du punk, du garage rock, on entrevoie l’odeur crasse des troquets  dont les routards qui ont tracé la 66′ connaissent le secret. Le groupe délivre des titres efficaces où les guitares prennent un pied monstrueux entraînés par la voix de Haynes. Logique donc de croiser les rockeurs américains sous le capot des Passagers du Zinc pour clôturer le festival.

N.M.