Menu

On fait quoi ce week-end ?

Week-end du
18/19/20 
Novembre

Vendredi – 20h : Fidélio
| Théâtre Ledoux

Ode à la joie

De l’avant garde flamande Judith Vindevogel se détache pour chanter des rôles d’opéra du répertoire classique. De là à concevoir autour de Fidelio, l’unique opéra de Beethoven, un spectacle jeune public il n’y qu’un pas qu’elle décrit comme une véritable avancée : «  Après Princesse Turandot un opéra-conte  féerique destiné aux plus petits, Fidelio basé sur les principes d’une princesse qui part combattre le dragon pour sauver son amoureux possède tous les ingrédients pour y succéder, c’est une merveille musicale, un manifeste humaniste sur l’amour et l’être humain… » C’est aussi un spectacle à ne pas manquer pour tous les enfants courageux et avides d’aventures.

Pascal Vernier

OU

Vendredi – 21h : Phonograff
| Passagers du Zinc

Release party sauce funky !

Phonograff, c’est l’un de ces groupes qui font vibrer la scène locale bisontine depuis pas mal de temps. Projection métissée entre des rythmiques groovy-funk style années 70’ et une forte influence hip-hop à la Wax Tailor, la petite bande de Phonograff fait bouger les cervicales par sa technicité et sa justesse que ce soit au son des saxos, du violoncelle ou de la basse profonde de Simson Sanhill. Ça groove, ça swing, ça se confronte dans un joyeux melting-pot aux teintes jazz, funk, rock pour créer un nouvel espace musical à l’énergie positive qui n’est pas sans rappeler la sueur rythmique de The Meters ou encore du grand James Brown ! Un seul mot d’ordre au « PDZ » vendredi : Keep da Fonk !

N.M.


Samedi – 18h30 : Road Movie USA #2
| Kursaal

Knockin’ on heaven’s door

Nouveau Mexique 1881. Alors qu’il avait déserté le Far West depuis 3 bons films, Sam Peckinpah dégaine son dernier western. James Coburn sera Pat Garrett le nouveau sheriff du Comté et Kris Kristofferson Billy the Kid, le pied tendre qui tire au moins aussi vite que son ombre. Au lieu de se tenir à carreaux et de se contenter d’être un gringo de plus planqué au Mexique, Billy the Kid néglige les avertissements de Pat Garret. Assiégé dans une cabane Billy fini par se rendre. Le jour convenu de sa pendaison, Billy the Kid prend la poudre d’escampette… Bob Dylan récemment nobélisé, circule mystérieusement dans le film, toujours lucide et distant il en signe également la bande son. Attention mèche courte.

Pascal Vernier

3_lmt-_r_francois_berthier

Samedi – 20h30 : La Maison Tellier & Friends
| La Rodia

Après une résidence de création à Echo System avec des musiciens et choristes du territoire, Au Coin de l’Oreille a souhaité partager l’aventure en associant de nouveaux choristes et musiciens de Besançon. Ils seront tous sur scène pour accompagner la Maison Tellier sur certaines chansons.

L’album précédent glorifiait le combat pour la beauté ! Le nouvel opus de la Maison Tellier témoigne d’une quête. Une quête vers la joie. Une quête semée d’embûches, de doutes et d’angoisses, de questions sans réponses. Une quête où la musique et l’amitié tiennent lieu d’armes fatales.

Dimanche – 18h : Cartes Blanches à Bulle Ogier & Maria De Medeiros
| Kursaal

Résistible ascension

Salut les copains ! C’est la Star’Ac avant l’heure… Bulle Ogier (Marguerite Duras dira d’elle « ce n’est pas la nouvelle vague, c’est le vague absolu ») en clone de France Gall est Gigi la folle, avec Charlie le surineur et Simon le magicien ils et elle sont devenus des idoles de la chanson yéyé. A l’occasion d’une conférence de presse-spectacle censée annoncer la formation du trio, ensemble ils dénoncent les coulisses et les magouilles du show biz. Les cours pour avoir l’air sympa, le mariage organisé, Les idoles variante déglinguée de Demy sonne à grands renforts de clichés toujours d’actualité la charge satirique d’une certaine culture pop. Jean-Pierre Kalfon, Valérie Lagrange, Pierre Clémenti, Bernadette Lafont… bref toute la petite bande de l’American Center, le laboratoire du metteur en scène devenu cinéaste  Marc’O sont aux commandes de cette comédie musicale complètement psyché. La prise de Maxiton était alors préconisée.

Pascal Vernier