Menu

On fait quoi ce week-end ?

Week-end du
11/12/13 
Novembre

Vendredi – 22h : Télérama Dub Festival #14
| La Rodia

#TDF2016

Nous étions à peine quelques centaines à son lancement en 2003. Nous sommes des milliers aujourd’hui à répondre à l’appel du Télérama Dub Festival, événement majeur du genre qui, chaque automne, parcourt la France pour y déverser des flots de skanks et de grosses basses. Une fois n’est pas coutume, c’est aux Docks de Paris que sera donné, le 29 octobre 2016, le coup d’envoi de la 14e édition. O.B.F. et Zion Train, avec sa sono Abassi Hi Power, auront pour mission d’animer les deux halls avec leurs sound systems respectifs. Et afin que la fête soit encore plus belle, le site disposera d’un troisième espace où l’on découvrira ces artistes (Om Unit, Jay Glass Dubs, Moresounds…) qui s’affranchissent des codes du reggae pour pousser l’exploration dub encore plus loin.

Suivront une dizaine de dates à travers l’Hexagone où le dub sera célébré sous toutes ses coutures en sound system ou en live par des artistes d’ici et d’ailleurs (Grande-Bretagne, Croatie, Grèce, Suisse, Allemagne, Italie, Trinidad, Jamaïque, Etats-Unis, Canada), prouvant, une fois encore, que cette musique ne connaît pas les frontières.

À 80 ans, le pape du genre, Lee «Scratch» Perry, célèbrera, en compagnie de Subatomic Sound, le 40e anniversaire de Super Ape, l’un de ses albums les plus audacieux, tandis que O.B.F. Sound System et Iration Steppasprésenteront leur création commune, inédite et forcément supersonique. Manudigital, sera, lui aussi, de la partie dans un set revu et corrigé pour le Télérama Dub Festival.

Treize ans après la première édition, l’ambition demeure toujours la même : faire découvrir les richesses de ce dub protéiforme et fédérer un public autour des valeurs de paix et d’unité dans une ambiance festive. S’il est une chose dont on est certain aujourd’hui, c’est que l’on n’arrête pas un peuple qui danse !

Frédéric Péguillan – Rédacteur en chef délégué de
Télérama Sortir et directeur artistique du Télérama Dub Festival

© Max PPP

Samedi – 16h : Tous les matins du monde
| Théâtre Ledoux

Le tombeau des regrets

Tous les matins du monde le film que l’on voit autant que l’on entend fête cette année ses 25 ans. Le temps d’un dimanche le Théâtre Ledoux se souvient de Monsieur de Sainte-Colombe, grand maitre de la viole de gambe, professeur austère et intransigeant de Marin Marais violiste à la cour du Roi Louis XIV. Une cabane au fond du jardin, c’est là que vit reclus depuis la mort de sa femme Monsieur de Sainte- Colombe. Il passe ses journées et ses nuits à jouer, à faire jouer ses filles… Marin Marais se souvient lui aussi. Adaptation fidèle du roman de Pascal Quignard (qui a répondu présent à l’invitation des 2 Scènes), le film d’Alain Corneau allait en 1992 rafler sept César. Comme une bande son originale et incontournable Jordi Savall sera là lui aussi pour interpréter avec Rolf Lislevand (théorbe) et Pierre Hantaï (clavecin) des Pièces de viole de Marin Marais. Un bon dimanche sous vos applaudissements.

Pascal Vernier

OU

Samedi – 17h00 : Le Grand Vivant
| Le Silo (Médiathèque Pierre Bayle)

A bord du vertige

Depuis que Boris Gibé a installé son silo dans la cours de la médiathèque Pierre Bayle, une structure vertigineuse itinérante pour petites formes théâtrales et dérivés, les artistes s’y bousculent. Et même si la jauge est réduite, le public aussi. Dans un parfum d’encens environnant Patrick Autréaux, un ex-psychiatre urgentiste devenu écrivain a proposé son texte. Désignés pour leurs compétences complémentaires, un lecteur raconteur et le danseur Thierry Thieû Niang se lancent dans un exercice périlleux de lecture dansée. Un Grand Vivant hybride et troublant qui se déplace selon les mouvements de l’écriture défiant la gravité du texte. Evoquer la mort parmi le chant des cigales c’est s’abandonner, accepter. Accepter d’être guidé les yeux fermés, imaginer que cette mort puisse être apprivoisée et oublier qu’il s’agit d’un mauvais rêve.

Pascal Vernier

798374_560632567319420_752223451_o©Töfie Soma

Samedi – 21h : Animal Lover + 202Project
| Les Passagers du Zinc

ANIMAL LOVER
Addison, Evan et Nate ont grandi dans un film des frères Coen. Tirant leur inspiration des plaines environnantes et de la morsure de l’hiver sans fin de Fargo (Dakota du Nord), ces trois jeunes bien sous tout rapport sont devenus Animal Lover. Formé en 2010 sur les cendres de Host et Gumby, ce groupe zoophile s’inscrit dans la continuité des grands groupes noise-rock du Midwest (Hammerhead, The Jesus Lizard…), mais n’hésite pas à modifier la recette en incorporant des influences plus variées (Velvet Underground, Cows, Wipers, The Ex, Wire…), pour un feeling flirtant avec la no-wave.
Viens si le froid et les animaux font durcir tes tétons !
202PROJECT
Après pas loin de 300 concerts dans toute l’Europe avec ses divers projets (The Insiders, SMS, Viva Geneva, 202morningside, Black Daisy 202), JP Marsal aka 202project est devenu au fil des années (20 ans déjà) un one man band unique, laboratoire solaire où il conjuque musique répétitive et envolées lyriques de ses cordes précises et saturées. Avec son dernier album « Les Cendres et le vent », ce grand bonhomme nous souffle dans les bronches son langage particulier divinement imprégné de post-punk, de blues, de noise, d’indus, d’electro et de rap pour une dernière invitation à rejoindre les ténèbres.
Viens si tu n’as pas peur de bouffer de la cendre.

Dimanche – 11h : Brunch & exposition Aquarius chez ÖST
| ÖST café

Cofee & art

ÖST fait parti de ces petites adresses incontournables de la vie bisontine. On y mange, bien, sain et bon sans se ruiner. Chaque weekend, le café du 23 Quai Veïl Picard propose une sélection de brunchs tout en douceur, à la suédoise et sans chichi. Au programme de belles assiettes bio (saumon, oeufs pour les plus téméraires, proposition entièrement végi ou pancakes sucrés et autres douceurs) accompagnés de jus de fruits maisons ou boissons chaudes sélectionnés chez de petits producteurs. de quoi éveiller vos papilles tout en admirant le travail photographique sensible d’Eloïse Breuil pour sa toute première exposition accompagné par la toute nouvelle association bisontine de promotion culturelle « Le Cercle« ,

En bref, petits trésors gustatifs & visuels pour bien commencer la journée !

N.M.